Articles

Sélection du message

Je ne veux pas vivre de ma plume !

Je vais peut-être briser un mythe, et pourtant : tous les gens qui écrivent ne veulent pas devenir « écrivain ». Non, moi je ne veux pas. Et j’ignore pourquoi, c’est difficile à faire comprendre aux autres, encore plus depuis que mes livres se vendent bien, et que mes nouvelles sont téléchargées par milliers. Alors, depuis quelques mois, je subis la répétition incessante des questions : « pourquoi tu n’essaies pas de trouver un vrai éditeur ? Pourquoi tu ne vends pas tes livres plus chers - parce que, avouons-le, ce n’est pas en vendant 49 ct tes livres que tu vas gagner de l’argent – ? Pourquoi est-ce que tes nouvelles sont gratuites, alors qu’il y a plus de 100 téléchargements par mois ? » et la synthèse de tout ça : « Quand même, quand on fait un travail, il faut être récompensé de ce travail ! » Eh bien je le suis. Je me bats peut-être pour récupérer des commentaires Amazon, mais même ceux qui n’en mettent pas prennent parfois le temps de me dire qu’il ont aimé, ou que ça les a fai…

Star Wars, le retour de la philo – ou pas

Image
Gilles Vervisch, éminent collègue, auteur du génial “La philo contre-attaque", a profité de la nouvelle trilogie Star Wars pour écrire un deuxième livre de pop’philo, astucieusement appelé “Le retour de la philo”. Et moi, après avoir adoré le premier tome, j’en profite pour faire une chronique telle que vous n’en avez jamais lue. Parce que je l’ai dit plusieurs fois sur ce blog, je ne chronique que les livres que j’ai aimés. Et je n’ai pas aimé, mais alors PAS DU TOUT. Très décevant, parce que j’adore le collègue, j’adore ce qu’il fait sur le cinéma en philosophie, et que ses réflexions sont accessibles et intéressantes. Mais là, je ne suis pas tombée sur ce à quoi je m’attendais. Avant de m’y mettre, je vais régler un point tout de suite : je n’entrerai pas dans la question de savoir si Les Derniers Jedis correspond à l’esprit de Star Wars ou pas. Ce n’est pas la question, ce n’est pas non plus celle du livre de Vervisch, et je n’ai pas envie que tous ceux qui ont aimé ou pas Les…

SILO, Hugh Howey – prisonniers d’un mensonge

Image
Deux choses à mon sujet : je n’aime pas les sagas, je supporte donc difficilement les trilogies. Silo est une trilogie et je l’ai adorée. Il y a autre chose que je n’aime pas beaucoup : la dystopie au schéma trop “jeunesse” et contemporain : une dictature, un ado qui se révolte, tout le monde qui se révolte, la dictature qui tombe. Cette trilogie-là sort admirablement de ce schéma : du début à la fin, l’héroïne sera seule. Pas entièrement seule bien sûre, elle aura des amis, mais jamais un soulèvement général ne détruira le monde qui a été construit. Et je n’en dis pas plus, parce que je vous laisse le lire...

La construction de la trilogie aussi sort des schémas habituels et c’est sans doute ce qui m’a permis de l’apprécier malgré tout (j’ai tout de même éloigné mes lectures de chaque tome de plusieurs mois pour mieux le supporter). Le deuxième tome est un préquel (ou une histoire dérivée, selon l’interprétation) au premier, le tome trois est la suite des deux premiers.

Parfaite / You / Ce que j’attends d’une adaptation à l’écran

Image
J’ai terminé la lecture de Parfaite de Caroline Kepnes, roman adapté par Netflix en série, You. J’ai d’abord vu la série, qui m’a donné envie de lire le livre. Aujourd’hui, je vais parler des deux, et j’en profiterai pour parler de ce que j’attends d’une adaptation de roman à l’écran. Pas besoin de suspense : j’ai beaucoup aimé la série, alors j’ai lu le livre, et j’ai beaucoup aimé aussi. J’ai eu un peu peur au début que la série ne lui soit trop fidèle, parce que je n’avais plus aucune surprise à la lecture du roman, mais ça s’est un peu éloigné par la suite et j’ai pu en profiter pleinement.