Articles

Sélection du message

Je ne veux pas vivre de ma plume !

Je vais peut-être briser un mythe, et pourtant : tous les gens qui écrivent ne veulent pas devenir « écrivain ». Non, moi je ne veux pas. Et j’ignore pourquoi, c’est difficile à faire comprendre aux autres, encore plus depuis que mes livres se vendent bien, et que mes nouvelles sont téléchargées par milliers. Alors, depuis quelques mois, je subis la répétition incessante des questions : « pourquoi tu n’essaies pas de trouver un vrai éditeur ? Pourquoi tu ne vends pas tes livres plus chers - parce que, avouons-le, ce n’est pas en vendant 49 ct tes livres que tu vas gagner de l’argent – ? Pourquoi est-ce que tes nouvelles sont gratuites, alors qu’il y a plus de 100 téléchargements par mois ? » et la synthèse de tout ça : « Quand même, quand on fait un travail, il faut être récompensé de ce travail ! » Eh bien je le suis. Je me bats peut-être pour récupérer des commentaires Amazon, mais même ceux qui n’en mettent pas prennent parfois le temps de me dire qu’il ont aimé, ou que ça les a fai…

Les footballeurs (re-)passent le bac ! (Mondial 2018) #2

Image
Les footballeurs n'ont pas fini de passer le bac ! Voilà le deuxième sujet, après L’homme politique doit-il chercher à être efficace à tout prix ?

(Amérique du Nord, série S) Est-ce le corps qui produit la pensée ?
Lorsqu’on est footballeur, on doit se servir de son corps, c’est une évidence. Mais il faut aussi se servir de son esprit. Le problème, c’est qu’on croit souvent que les footballeurs n’en ont pas beaucoup et qu’ils ne sont pas très intelligents. En réalité, ils ont peut-être un esprit différent du nôtre. Nous allons donc nous demander si c’est le corps qui produit la pensée des footballeurs. Nous verrons dans un premier temps que le corps est important, ensuite que des fois le corps ne marche pas bien, et enfin qu’il faut essayer de construire sa pensée tout seul sans le corps.
I/ C’est le corps le plus important dans la vie
Premièrement, il faut remettre en question un préjugé. On croit que les footballeurs n’ont pas d’esprit, qu’ils se servent uniquement de leur corps. Mai…

13 reasons why : recherche de la vérité ?

Image
La saison 2 de cette très belle série est sortie la semaine dernière, et elle a été à la hauteur de la première. Je me demandais pourtant comment on pouvait faire une nouvelle saison acceptable et intéressante sur une histoire terminée. Pourtant, il fallait bien poursuivre la réflexion qui traversait toute l’histoire d’Hannah Baker : la recherche de la vérité.
Au travers de ses cassettes, Hannah dévoilait à ses camarades de classe, dans la saison 1, des événements et des pensées qu’ils n’avaient pas imaginés. Elle dévoilait une vérité qui contredisait radicalement leurs croyances, auxquels ils ont eu tellement de mal à renoncer qu’ils l’ont immédiatement soupçonnée de mentir. La première saison de 13 reasons why montrait à quel point il peut être difficile de reconnaître la vérité, ou de l’admettre. Le problème de la vérité va être encore approfondi et incroyablement complexifié par la saison 2, qui met en scène le procès suivant le suicide d’Hannah. Dès la saison 1, on savait que ses …

Les footballeurs (re-)passent le bac ! (Mondial 2018) #1

Image
2016. Coupe d’Europe. Défaite de la France en finale (oui oui) Et pour l’occasion, les sujets de philosophie de bac avaient été traités par mes soins, au moyen de citations de footballeurs. Vous vous en souvenez ? C’était les footballeurs (et autres) passent le bac. L’année dernière, pas de Coupe, pas de fausses dissertations : j’avais plutôt profité des semaines précédant le bac pour proposer des exemples d’œuvres littéraires à citer au bac de philo. Bien plus utile, mais bien moins drôle. Alors les footballeurs reviennent ! Après vous avoir dit l’an passé ce qu’il fallait faire, voilà cette année ce qu’il ne faut surtout pas faire. Premier match le 14 juin, en entre-temps, une dissertation tous les mercredis et samedis.
EVIDEMMENT je ne peux pas faire les sujets qui vont tomber en France métropolitaine, je ne les connais pas ! Voilà donc pour commencer le sujet tombé cette année à… 
Amérique du Nord, série L
L’homme politique doit-il chercher à être efficace à tout prix ?
L’homme politique…

Mes lectures du mois # Mars

Voilà mes lectures du mois de mars, qui est très philosophique par rapport à d’habitude. En revanche, toujours comme d’habitude, il s’agit de livres accessibles à tous, à part peut-être le premier dont je parle, dont certains points sont assez poussés. Profitez-en bien, car me lançant dans un nouveau projet, il n’y aura probablement pas d’article pour avril.
Dracula ou la croisade des temps modernes, Farhad Khodabandehlou
Ayant adoré le roman Dracula, j’attendais beaucoup de cette analyse faite par un professeur de philosophie. J’ai été un peu déçue, même s’il y avait plusieurs points très intéressant, notamment l’analyse de la façon dont Dracula espère se prendre pour un « Anglais », et la réflexion sur l’identité personnelle qui s’ensuit. Ce qu’il faut savoir toutefois, c’est que contrairement à ce que laisse entendre la quatrième de couverture, ce livre porte uniquement sur les premiers chapitres du roman, le passage où Jonathan Harker se rend dans le château de Dracula pour lui vendr…

Mes lectures du mois # Janvier et février

Je rattrape ici mes lectures du mois de janvier. Je n’avais pas fait d’article parce que je n’en avais terminé qu’un, mais voilà ma nouvelle liste ! Il n’y en a pas beaucoup, c’est vrai, mais promis je me rattrape au mois de mars. Je fonctionne comme d’habitude : de celui que j’ai le moins aimé à celui que j’ai préféré.
La Princesse de Montpensier, Madame de La Fayette
J’ai bien aimé cette nouvelle, même si j’ai été un peu déçue : j’avais vu le film avant, que j’avais adoré. La nouvelle m’a parue un peu fade à côté… mais je pense que l’epub très vieillot que j’avais y est aussi pour quelque chose, parce que l’orthographe ancienne me bloquait quand même beaucoup pour ma lecture.
La nuit de l’oracle, Paul Auster
J’avais beaucoup entendu parler de cet auteur sur des groupes de lecteurs, alors j’ai voulu m’y lancé. Il y a une construction très particulière et souvent dure à suivre, et je comprends sans problème que l’on puisse adorer cet auteur, qui a une véritable empreinte. Malheureusement…

Enooormes : trois héroïnes contre les préjugés

Image
C’est sans doute la première fois que je parle de quelque chose qui n’est pas « philosophique » (au sens trèèèès large, on va dire de quelque chose qui n’a pas pour but de faire réfléchir). Enooormes est une pièce divertissante, et ce n’est pas vraiment ma spécialité de parler de quelque chose de « divertissant. » C’est pour ça que j’ai mis du temps avant d’écrire mon article ; mais à force d’y réfléchir, j’ai bien trouvé deux-trois éléments intéressants à présenter. Attention, entendons-nous bien : quand je dis « intéressants », je ne veux pas dire que la pièce est globalement inintéressante, au contraire, j’ai beaucoup aimé, beaucoup ri, c’est très bien joué, très bien mis en scène et très bien chanté, je veux simplement dire que j’ai enfin trouvé une raison d’en parler sur le blog d’un prof de philo. Mais avant d’analyser et peut-être de faire perdre au spectacle ce qu’il a de spontané et d’aussi amusant, je le dis clairement : allez-y, vous ne le regretterez pas.
L’histoire tourne …

Mes lectures du mois # Décembre

Je continue la liste d’articles sur mes lectures ! Et voici une nouvelle liste, qui, je l’espère, pourra vous donner envie (ou pas !) Tout cela, je le rappelle, afin de montrer que les auteurs lisent, et aller contre ce préjugé absurde selon lequel « maintenant, tout le monde écrit, mais plus personne ne lit. » Ils sont toujours dans l’ordre, de celui que j’ai le moins aimé à celui que j’ai préféré. Voilà donc quelles ont été mes lectures en décembre…
L’Indé Panda 4
Eh bien… oui. J’ai été extrêmement déçue par ce recueil. Je vous rappelle que j’ai déjà parlé des deux premiers dans cet article : L'Indé PandaJe ne dis pas que je n’ai aimé aucune nouvelle, non… seulement 3 sur 12. Allez, on va dire trois et demie. Parce qu’il y en a une qui racontait une vraie belle histoire, mais qui répétait une critique de la religion qui me semblait vue et revue, et m’a agacée plus qu’autre chose, parce qu’elle ne fait que répéter le discours de tous les antireligieux qui passent quand même à côté …