Conseils de lecture pour Terminales

J’ai vu plusieurs fois, sur des groupes de lectures, des lycéens de Terminale (ou des parents inquiets !) demander des conseils de lectures « classiques » pour agrandir la culture littéraire pour le bac. Plutôt que de répondre à chaque fois individuellement, je pense qu’il sera plus utile de faire directement un article. Pour ce qui est du programme de Terminale L en littérature, je ne connais pas assez bien les œuvres au programme pour donner des conseils de lecture pertinents. En revanche, je vais faire une liste de livres qu’il est important d’avoir lus, et qui peuvent également être utilisés en philosophie, pour faire d’une pierre deux coups. J’ai déjà parlé de certains d’être eux – je mettrai donc les liens vers mes autres articles. Evidemment, ce n’est pas une liste exhaustive, et j’en referai peut-être une autre plus tard, si j’ai d’autres idées. Je vais d’ailleurs essayer de me limiter et de ne pas en mettre trop pour le moment, et ne pas vous surcharger de lectures dès le premier article.

• Le grand classique incontournable et mal compris : Les Fables de La Fontaine.

L’avantage, c’est que vous en connaissez d’jà la plupart. Le problème, c’est qu’elles sont en général mal connues (parce que comme le dit Hegel « Le bien connu, justement parce qu’il est bien connu, est mal connu. ») Ce que vous connaissez des fables est souvent flou, ou souvent mal interprété. Je vais en citer quelques-unes que je vous invite à relire, parce qu’elles permettent souvent de donner d’excellents exemples à des thèses philosophiques, des exemples qui seront en plus très appréciés puisqu’ils sont littéraires. Cependant, gardez en tête que les fables de La Fontaine sont ironiques : il faut donc, la plupart du temps, comprendre l’inverse de ce qui est présenté, et ce n’est que de cette façon que vous percevrez le sens véritable de la fable.
Evidemment, c’est dur de toutes les connaître, et rassurez-vous, je ne les ai pas toutes lues moi non plus. Mais de temps en temps, j’aime bien en regarder une ou deux nouvelles.
               - Pour la justice (ou plutôt l’injustice) : « Les animaux malades de la peste » ou « Le loup et l’agneau »
- Pour la morale et le devoir : « Le cheval et l’âne » (Sur lequel j’ai fait un article ici : Le texte de la semaine #5)
            - Pour la politique : « Le dragon à plusieurs têtes et le dragon à plusieurs queues », « Les grenouilles qui demandent un roi »
            - Pour la liberté : « Le loup et le chien », « Le chêne et le roseau »
            - Pour la vérité : « Le laboureur et ses enfants »
            - Pour l’existence et le temps : « La Mort et le malheureux »

Si vous avez des questions concernant les liens entre certaines fables et la notion au programme, posez vos questions en commentaire.

• Les pièces de théâtre

Outre les fables, les textes qui peuvent vraiment vous être utiles sont les pièces de théâtre, qui mettent souvent en scène des enjeux de la vie pratique, qu’elle soit individuelle ou politique. Voilà une petite liste.
              - Pour la politique : Les mains sales de Sartre (dont vous trouverez un commentaire ici : Le texte de la semaine #1), Antigone de Sophocle
              - Pour la justice : Les Euménides d’Eschyle (dont j’ai parlé ici : Le texte de la semaine #2)
-   Pour le désir : Phèdre de Racine
-   Pour autrui : Huis clos de Sartre

            • Les romans

Enfin, j’y arrive, ces énormes pavés que vous allez devoir lire. Mais certains se lisent très bien, alors pas de panique les enfants. Voilà ma liste :
              - Pour le désir : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (que je spoile méchamment ici : Le texte de la semaine #3), Manon Lescaut de l’Abbé Prévost
              - Pour l’existence et le temps : Tous les hommes sont mortels de Simone de Beauvoir (tout est là : Tous les hommes sont mortels... et Algernon aussi), La nausée de Sartre
              - Pour le bonheur : Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes (même article que pour Simone de Beauvoir : Tous les hommes sont mortels... et Algernon aussi)
              - Pour la morale : Crime et châtiment de Dostoïevski
- Pour la technique : Frankenstein de Mary Shelley
              - 1984 de George Orwell. Oui je le mets à part. Sinon il faudrait le mettre dans toutes les catégories parce qu’il y a d’excellents passages pour la politique, l’histoire, le langage, le devoir, la liberté, le désir… Bref, il faut le lire. Avant-goût ici : Le texte de la semaine #4

Les « à ne pas citer au bac »

Et je vais finir, quand même, par vous donner des idées de lecture plus « adolescentes », que vous ne pourrez pas citer directement au bac, mais qui pourrons vous faire réfléchir. Et même si vous ne pouvez pas les citer directement, vous pouvez toujours en reprendre les idées comme si vous étiez en train de faire une expérience de pensée que vous imaginez vous-mêmes. Bon, je place discrètement les miens au milieu, mais à quoi bon écrire des romans philosophiques si je ne peux même pas en parler…
              - Pour l’identité personnelle et matière et esprit : Habeas Corpus de Victor Boissel
              - Pour l’art : Clara et la pénombre de Somoza
             - Pour le bonheur : Le Passeur de Lois Lowry, Everything, everything de Nicola Yoon, Si la parole était d’or de Caroline Giraud
              - Pour la liberté : Divergente de Veronica Ross, Masques de Caroline Giraud
              - Pour la morale : Le liseur de Bernhard Schlink
              - Pour la politique : La loi de Gaia de Caroline Giraud
              - Les généralistes : Harry Potter à l’école de la philosophie de Marianna Chaillan (qui est une prof de lycée, et s’efforce vraiment d’y insérer le programme de Terminale, beaucoup de références très classiques, très bon livre donc pour les fans), Star Wars : la philo contre-attaque, Gilles Vervisch)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mes 10 livres préférés

Enooormes : trois héroïnes contre les préjugés

Le texte de la semaine # 1 – Les Mains Sales, Jean-Paul Sartre